17/11/2017

Le mentoring : un levier de performance

Comment pérenniser l’expérience d’un cadre dirigeant et mettre à profit les idées neuves et la vision originale d’un jeune talent au sein de l’entreprise ? La réponse tient en un mot : le mentoring ! 
De plus en plus d’entreprises, soucieuses de former les leaders de demain, se laissent séduire par cette formule qui demande un investissement modique, et qui profite à tout le monde. 
 
Alors que les entreprises cherchent à développer le parcours professionnel de leurs collaborateurs en évitant les formations personnalisées et onéreuses, le mentoring n’a jamais été si populaire. 
Conçu pour les besoins spécifiques des entreprises et mis en œuvre à peu ou pas de frais, le mentoring peut répondre à divers objectifs : de l’intégration de nouvelles recrues au renforcement des collaborations, en passant par les politiques d’inclusion.  
Si l’on y ajoute, l’objectif plus connu de transmission des savoirs auprès de la jeune génération, il est facile de comprendre pourquoi le mentoring connaît un vif succès.  
 
Mais un programme de mentoring réussi ne s’improvise pas. Une fois les objectifs définis, il reste à déterminer l’angle qu’on souhaite privilégier : rapprocher les générations - avec par exemple des seniors qui transmettent leur expérience - ou favoriser la diversité en développant par exemple le leadership des femmes dirigeantes. En général, au-delà du transfert de compétences cela permet une meilleure appréhension des différences générationnelles, et ce, aussi bien du côté des jeunes que de celui des seniors. Les entreprises doivent également décider si le mentor prend sous son aile une seule personne ou tout un groupe. 
 
La confiance, élément clé de la performance 
On ne compte plus les vertus du mentoring. Tout d’abord, les programmes mis en place par les entreprises ont un effet avéré sur le développement de compétences et la confiance en soi. Ils sont également bénéfiques pour l’implication et la fidélité des collaborateurs, ce qui améliore la productivité et diminue les coûts de RH. Selon une étude menée par Gartner Group1, le taux d’engagement des collaborateurs est plus élevé à la fois chez les mentorés (72 %) et chez les mentors (69 %) que chez les autres collaborateurs, tandis qu’une autre étude2 révèle que les entreprises pratiquant le mentoring sont près de deux fois plus nombreuses à faire état d’une hausse de leur chiffre d’affaires que les autres. 
 
Un tremplin pour la carrière 
Si le mentoring est bon pour le business, il est aussi plébiscité par les collaborateurs. En effet, plus de 79 % des représentants de la génération Y y voient un élément clé pour réussir leur carrière3, 25 % des collaborateurs ayant suivi un programme de mentoring ont vu leur salaire augmenter, contre 5 % chez les autres4, selon différentes études. Le consensus est tel, aussi bien au sein des directions qu’au sein du personnel, que plus de 71 % des entreprises du Fortune 500 proposent désormais ce type de programme5. 
 
Une expérience positive chez Sodexo 
Tous ces avantages sont déjà bien connus chez Sodexo, qui a déployé son premier programme à l’échelle du Groupe en 2009, tandis que Sodexo Services Avantages et Récompenses pratique le mentoring depuis 2014 auprès d’un public cible de 350 cadres de haut niveau. 24 à 28 mentorés et autant de mentors sont sélectionnés chaque année en juin dans le cadre de son programme international. Piloté par l’équipe de gestion des talents, le processus de sélection conjugue les besoins des mentorés potentiels et les exigences opérationnelles de Sodexo. Dans l’année, chaque binôme effectue un entretien mensuel d’au moins une heure, par téléphone ou sur skype, ainsi qu’un rendez-vous en face-à-face. Le programme, dont les objectifs et l’angle à privilégier sont définis d’entrée de jeu, donne de très bons résultats. 
 
Un faible investissement pour des bénéfices considérables  
« Les retours des mentorés sont extrêmement enthousiastes », explique Laure Arnaud, Directrice du Développement RH, Sodexo Services Avantages et Récompenses. « Ils apprécient vraiment qu’une personne leur consacre du temps. Les taux de satisfaction qu’affichent nos programmes sont excellents, dans la mesure où ils répondent à de vrais besoins ». Les mentorés développent leurs compétences, leur leadership et leurs perspectives d’évolution de carrière mais la relation n’est pas à sens unique. « Les mentors, quant à eux, se familiarisent avec de nouvelles idées et de nouvelles approches et les deux parties développent leur empathie », ajoute Laure Arnaud. « Le mentoring coûte très peu mais les bénéfices sont considérables, et ce, pour tous les acteurs impliqués ». Bref, tout le monde y gagne!
 
Le mentoring : d’après une expérience personnelle 
« J’ai été mentorée entre juin et décembre 2014 par le CEO du Venezuela ; sans cette expérience, je ne serais pas au poste que j’occupe actuellement (j’étais dans l’équipe de contrôle financier du groupe quand mon supérieur a suggéré que je prenne part au programme). Nous avions des entretiens téléphoniques de 90 minutes toutes les deux semaines, nous suivions une trame convenue ensemble pour chaque session, à l’issue desquelles j’ai énormément appris. J’ai été inspirée par ses encouragements et ses conseils, à la fois simples et clairs, tirés de son expérience personnelle. Lors de chaque entretien, je rendais compte des événements des deux dernières semaines écoulées et répondais à ses questions, ce qui m’aidait à porter un regard plus juste sur les choses. J’ai eu le sentiment de faire des progrès très rapidement et de gagner en assurance et en maturité. C’est une opportunité incroyable que je recommande à tous ». 
 
Sarah Faucheur 
Directrice financière 
Services Avantages et récompenses de Sodexo, Espagne 

Contact