24/03/2017

Augmentez votre personnel en faisant des économies

En 2017 et 2018, les salaires pourront grimper de maximum 1,1 %. En effet, tous les deux ans, organisations patronales et syndicats se mettent d’accord sur la « norme salariale ». Comment répercuter au mieux cette marge au sein de votre entreprise ? En augmentant la valeur faciale de leur chèques-repas !

Pour en savoir plus, lisez le White Paper réalisé par le cabinet d’avocats Altius



Norme salariale, dites-vous?

Derrière la norme salariale se cache la volonté de préserver la compétitivité des entreprises, tout en développant le pouvoir d’achat. Début février, le Gouvernement fédéral a donc donné son feu vert pour l’accord 2017-2018. Ainsi, le coût des rémunérations pourra grimper de maximum 1,1 % brut, hors indexation, en 2017-2018. Attention, toutefois, cette marge doit encore être concrétisée au niveau des secteurs ou des entreprises après avoir été fixée dans une convention collective du Conseil national du travail (CNT). Les négociations à ce niveau sont toujours en cours. Il est donc conseillé aux employeurs d’attendre un peu avant d’allouer cette augmentation afin de le faire efficacement.

1,1 % de pouvoir d’achat en plus ! Vraiment ?

Comment faire profiter votre personnel de ce 1,1 % de pouvoir d’achat supplémentaire? Une augmentation salariale n’est peut-être pas la meilleure option. En effet, vous êtes tenu par le plafond de 1,1 %… charges comprises. Vous devez donc encore déduire autour de 30 % de cotisations patronales. Au mieux, le pouvoir d’achat de vos travailleurs grimpera de 0,84 %. Une partie du bonus accordé part donc en fumée! Et si, à la place, vous leur accordiez des chèques-repas ou augmentiez la valeur faciale de leurs chèques existants ?

On vous explique comment faire et les économies que vous pourrez réaliser.

Des chèques-repas plutôt que du cash !

Le bénéfice est double. D’abord, vous êtes exonéré de cotisations sociales et vos collaborateurs ne sont pas non plus imposés. Mieux : depuis le 1er janvier 2016, le cadre légal vous est encore plus favorable. Concrètement? La valeur faciale maximale des chèques-repas est passée à 8 € et votre contribution peut aller jusque 6,91 € (celle de l’employé reste à 1,09 €). Troisième nouveauté : votre déduction fiscale s’élève maintenant à 2 €…

Jusqu’à 56 % d’économie…

Pour motiver vos salariés, relevez la valeur des lunch pass à 8 euros! Première chose à faire : adaptez la convention collective qui régit leur octroi. Ensuite, sortez votre calculatrice. Pour 20 jours prestés (donc 160 €), cela vous coûtera 138,20 € (plus 4,80 € de frais de gestion) par travailleur. Et celui-ci touchera le même montant. « C’est du win-win », souligne Bruno Dossoine, Benelux Payroll Manager Coca-Cola Entreprises Belgium, « car ce que nous dépensons se reflète vraiment dans l’enveloppe de notre personnel. ». Vous avez encore un doute ? Comparons ! Pour offrir les 138,20 € à travers une hausse salariale, vous devrez en réalité débourser… 215,17 €. Puisqu’il faut compter les cotisations patronales. Quant à votre salarié, il ne toucherait que 75,91 € nets.

Pour les PME aussi…

Des chèques-repas pour un seul travailleur? Pourquoi pas! Rédigez, d’abord, une convention écrite. Ensuite, passez tout simplement commande. « Dans une petite structure, ce n’est pas toujours évident de proposer une augmentation, vu les charges qui pèsent sur les salaires », indique Nathalie Hublet de la société Simply Joy. « À travers les chèques-repas, je peux récompenser mon équipe, sans un impact trop important sur mes comptes. »
 

Pour en savoir plus, lisez le White Paper réalisé par le cabinet d’avocats Altius

 

A qui s'adresse cette actualité ?

En savoir plus sur le Lunch Pass® en fonction de votre profil :

Entreprises Salariés Commerçants Partenaires

Contact